Lester Havard
Pas encore inscrit ? Allez, bouge, t'auras un cookie o/

Lester Havard

Nouveau design en cours d'installation ;)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Oz Bezarius



Messages : 44
Date d'inscription : 16/06/2013




MessageSujet: Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle. Mar 18 Juin - 7:33

Silhouette Divine
Pourquoi ? Je crois que c'est une chose que j'ai tendance à souvent oublier. Une chose, que je rejette, une question inutile qui ne m'apporte aucun espoir, aucun réconfort, juste de la peur et du doute. J'avance dans les couloirs sombres. Il fait nuit. Je parcours de labyrinthe silencieux, pourtant, il me semble dangereux. Je ne parviens plus à dormir, même si je suis censé pouvoir le faire en toute sécurité dans cet établissement. Les ombres de la nuit, éclairées par la lumière de la lune vacillent sur les murs gris, obscurs. Mes chaussures ne font aucun bruit sur le tapis rouge qui s'étale tout le long du couloir. Mon cœur bat à tout rompre, je suis presque certain qu'il résonne dans la pièce silencieuse, peux être même dans tout le château. Je tente de trouver une porte, qui me conduirais à l'extérieur de cette prison luxueuse. Je ne cherche pas à enfreindre le règlement, mais juste à trouver un lieu qui pourrais m'inspirer la paix. J'ai reçu le vaccin la semaine dernière. On m'avais prévenu que cela allait atrocement me faire souffrir. Pourtant, je n'aurais jamais pensé que la douleur serait aussi violente. Que la fièvre m'engloutirais comme de la lave en fusion. Que je penserais en perdre la tête. Que j'aurais l'impression de mourir à petit feu. Heureusement, cela n'avait pas duré plus d'une semaine. Une semaine dont je comptais les secondes, cherchant vainement un quelconque repos. Perdu dans mes pensées, je manque de trébucher sur un plis du tapis. Je me rattrape de justesse contre le mur. Depuis ce vaccin, pas mal de choses avaient changées en moi. A commencer par ce truc bizarre qui se produisait à chaque fois que je le voulais. Se transformer en adulte... Je me demande quand et comment j'ai pu acquérir un don aussi étrange qu'exceptionnel. Peux être que c'est à cause de ça, que mon père voulais me tuer... Je rejette la pensée qui me vient à l'esprit et reprend ma marche longue et inutile. 
Soudain, un bruit me parviens. Un bruit très fin, quelque chose de très doux, pourtant, j me sens déjà méfiant. Je m'arrête. Entends ce bruit se rapprocher de moi. A cause du couloir sombre, je ne vois pas très loin devant moi. Alors, après une attente qui me parut insupportable, une silhouette se dessina. Une jeune fille au teint de porcelaine et aux cheveux d'ors avançait. Elle avait de magnifiques yeux noirs. Ils semblait être capable d'aspirer l'âme de n'importe quel idiot qui la fixerais trop longtemps. Elle avait une démarche de reine, légère, et gracieuse. Je la trouvais ravissante, pourtant, quelque chose semblait clocher, dans son regard terne. J'ignore pourquoi, mais je trouvais toutes les jeunes filles de ce lieux vraiment très jolies. Je fais en sorte de ne pas la fixer avec trop d'insistance. Je me permet de lui adresser la parole d'un ton cordial, avec un grand sourire. Un sourire, tout ce qu'il y a de plus faussé, de plus mensonger.


"- Bonsoir ma Demoiselle. Qu'elle rencontre inattendue !"





Je me tait, m'incline avec souplesse. Comme l'étiquette le voulait. En fait, je crois que mon style était un peu dépassé, c'est peux être pour cela qu'elle me fixa avec une expression que je n'aurais pas su déchiffrer. Je me relève, et me demande si je vais continuer mon chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin cynique. ~

avatar

Aemi Keiko
Admin cynique. ~


Messages : 58
Date d'inscription : 12/06/2013
Localisation : Tu vois la maison là-bas ? Et bah j'y suis pas.




MessageSujet: Re: Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle. Mer 19 Juin - 10:20





« Oui oui, tu es unique. Comme tout le monde ♣ »

Accoudée à ma fenêtre, je fixe l'astre nocturne à travers les barreaux de fer plantés dans la pierre froide qui constituait les murs solides du bâtiment. Elle semblait loin, si loin, et au moins aussi inaccessible que la liberté, cette liberté qui nous pendait au nez, solidement enfermée derrière ces bâtons de fer définitivement ancrés. Aujourd'hui je ne peux que regarder le ciel, dans l'espoir d'un jour m'évader, disparaître. Toute ma vie je n'ai cherché qu'à fuir: courir vers le gouffre, sauter du haut du toit, me tailler les veines ou m'enfiler un litre de javel, tout ce qui aurait pu me tuer était bon. Mes premières tentatives ont raté. Et depuis que je suis ici, elles s'enchaînent. Une par une. Mais il faut bien se rendre à l'évidence. Oui, c'est après cette semaine de souffrances, ces journées d'angoisses, ces heures de douleur et ces longues nuits que j'ai pu passer à pleurer, à mêler mon sang aux larmes, à laisser couler, qu'il a fallu que ce vaccin, cette "prévention", me rende immortelle. Frustrant pour une suicidaire, non ? C'est cruel. Mais la vie m'a appris quelque chose: elle est menée par le hasard et le hasard est sans pitié.

•~•
      J'ai toujours tourné en rond, comme un poisson dans bocal, qui avance et recule pour ré-avancer. A la seule différence que je suis tombée. Et je suis remontée, pour chuter encore plus bas, pour m'écraser de bien plus haut, pour me faire mal, avoir mal, afin de remplir ce vide aux mornes éclats d'infini qui semblait beaucoup trop grand pour une si insignifiante personne. On se fout du monde et le monde se fout de nous, c'est tout ce que j'aurai à dire, et je parle pour les autres qui ne peuvent que se taire, et attendre la suite. Mais cette suite, je la connais, car rappelez-vous, je ne suis qu'un poisson dans son bocal, et la vie a beau être une ligne droite, la mienne se répétera, encore et encore. Les gens ne changent pas, et moi non plus. Alors les événements se rejouent, on recommence la scène jusqu'à la fin de l'acte, et lorsque la pièce est terminée, on en joue une autre. Mais toutes les histoires concernant la même personne sont semblables. On connaît tous ça. Déprime. Suicide. Déprime. Suicide. Je tiens à la vie comme à une chaussette trop petite. Mais la vie semble s'être attachée à moi. Haha.

•~•

          Je laisse mes yeux s'arracher à la nuit noire, une nuit qu'ils reflétaient, à la seule différence près qu'il n'y avait plus une seule étoile pour les illuminer. L'insomniaque sort.


•~•

        Pieds nus, je marche, spectre pâle et silencieux dans les couloirs au couleurs fades et grises, qui contrastait fortement avec le vieux tapis rouge vif qui accompagnait mes pas tout au long de ma marche solitaire. 
Là, au détour d'un énième corridor se trouvait une silhouette masculine. J'avance, sans vraiment faire attention à lui. A quoi bon ? C'est pour ça que je suis légèrement surprise lorsqu'il m'adresse la parole. Sans le montrer, évidemment. je suis une formidable actrice, qui vous distribue des faux sourires à tour de bars et qui cache ses émotions une à une derrière n masque d'indifférence feinte.


"- Bonsoir ma Demoiselle. Qu'elle rencontre inattendue !"



Je le regarde, de haut en bas, incapable de lui donner un âge. Mais bon, qu'en ai-je à foutre ? Il se courbe, s'incline dans une sorte de révérence. L'étiquette. Moi, j'aime pas ça. Ca accorde de l'importance aux gens, et surtout à ceux qui ne valent rien. Autant ne pas le leurrer: je ne l'imite pas. Je me contente d'hausser un sourcil.


"-Salut."


J'accompagne mes paroles d'un faible sourire, histoire de pas passer pour ce que je suis: une insociable.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Oz Bezarius



Messages : 44
Date d'inscription : 16/06/2013




MessageSujet: Re: Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle. Mer 19 Juin - 11:01

Tu sembles si... seule.

Son salut à quelque chose de forcé. Ses yeux me dévisagent, de haut en bas. Elle m'examine sous toutes les coutures, se demande sans doute si je ne suis pas excentrique, ou si je n'ai pas un problème mental. Je me demande pourquoi son visage est si pâle. Son visage est parcourus de traits qui ne me sont pas inconnues, mais que je ne parviens pas à identifier. Elle me semble triste, désemparée. Comme tout le monde ici j'ai l'impression qu'elle erre à la recherche de quelque chose. Mais en même temps, on dirait une sorte de Zombi sublime qui roderait dans les couloirs. Je n'ai pas l'air de l'intéresser. J'ai même la sensation que je l'importune. C'est comme si sur son chemin, je n'étais qu'une gêne supplémentaire. Et cette sensation qui s'emparait de moi était très désagréable. Je penche la tête sur le côté et lui adresse un grand sourire, comme si sa simple réponse me remplissait de joie et de ravissement. Sans qu'elle s'y attendre je m'agenouille à ses pieds, posant seulement un genoux sur le sol. Je saisit sa fine main blanche et y dépose un baiser, aussi doux qu'un papillon. Je la regarde avec douceur, alors que je ne ressent rien de tout ce que j'affiche. En fait, j'ai l'esprit vide, mais j'ai envie de la retenir. Je la fixe intensément et lui demande d'une voix qui se veux rassurante et réconfortante.
 
 "-Que fait donc une si belle Demoiselle dans un couloir si sombre et effrayant ? Puis-je vous être d'une quelconque utilité ? Vous raccompagner à votre chambre ?"
 
Je ne me soucie pas vraiment de sa santé, mais je la trouve vraiment très belle avec ces cheveux d'ors en cascade dans son dos et sur ses épaules, sa peau pâle et douce, ses yeux noirs envoûtants. Le couloir si sombre ne me semble plus si terrifiant. Pourtant une atmosphère lourde pèse autour de nous. J'ai la sensation que je ne suis pas tombé sur n'importe qui. J'ai l'impression que je viens de tomber sur une jeune fille qui porte quelque chose de lourd sur ses épaules. Je fixe toujours ce regard terne qui me rend presque triste. Mais je souris malgré toutes me pensées, cachant ce que je ressens, espérant lui apporter un réconfort quelconque. Je ne peux pas m'empêcher de rajouter d'une voix toujours calme et rassurante.
 
 "- Vous êtes très pâle Ma Demoiselle, voulez vous que je vous portes ? J'ai l'impression que vous êtes capable de vous écrouler à tout instant."
 
 Court désolé ^^.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin cynique. ~

avatar

Aemi Keiko
Admin cynique. ~


Messages : 58
Date d'inscription : 12/06/2013
Localisation : Tu vois la maison là-bas ? Et bah j'y suis pas.




MessageSujet: Re: Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle. Mer 19 Juin - 17:35




« Je suis pas seule, j'ai mes amis imaginaires, bitch ♣ »

Ho, il était beau. Oui, il était blond, grand, avec des yeux bleus d'un air particulièrement innocent. Mais il ne fait pas se fier à ce genre d'impression. Non, ici nous sommes à Lester Harvard, et ici, il y a des tueurs, des voleurs, des violeurs et des détraqués mentaux, et, par dessus tout, les gens sont de fabuleux menteurs. Hum.. J'aime bien. Je caresse une mèche des mes cheveux blonds qui passait près de ma main. Ce mec, je ne sais pas qui c'est. Mais il est habillé étrangement. Là ou moi je ne suis vêtue que d'un débardeur et d'un short de jean, il est dans un style un peu vieillot, et pas très actuel. Mais c'était tout à fait son droit, je le jugerai plus tard, quand je verrai à peu près qui il est, ou quelle personnalité il veut bien me montrer. Les assassins se cachent souvent derrière le masque d'un agneau. Mais peu importe, je commence à accorder trop d'importance aux autres. Je suis et resterai au centre de ma propre attention, dans tout mon égoïsme. Bref.

"-Que fait donc une si belle Demoiselle dans un couloir si sombre et effrayant ? Puis-je vous être d'une quelconque utilité ? Vous raccompagner à votre chambre ?"

La belle demoiselle ? Elle est insomniaque. Elle ne peut plus drmir, hantée. Ho, si vous saviez ce que c'est qu de sentir l'hôpital dès que l'on ferme les yeux. Si vous viviez ces moments d'angoisse, quand, seule dans la petite chambre de pierre je dois revoir le blanc des murs, ré-écouter le cardiogramme et ses bruits irritants, relire le numéro des portes derrière lesquelles se planquait la mort et la souffrance.
Ho, et ce couloir "sombre" n'est pas si "effrayant". En fait, le plus flippant ici, ça doit être toi.
Me ramener dans ma chambre ? Plutôt crever que de retourner là-bas. Les barreaux aux fenêtres me stressent, j'ai l'impression d'être en prison. Oh wait.. Je suis en prison.
Vous l'aurez compris, beaucoup de paroles me passaient dans la tête au moment ou il termina sa phrase. Mais je réponds simplement.

"-J'arrive pas à dormir. Et puis, c'est bien les couloirs, non ?"

Je n'attendais pas de réponse, c'est pour ça que je réponds directement à sa deuxième question, que je trouvais légèrement vexante.

"- Vous êtes très pâle Ma Demoiselle, voulez vous que je vous portes ? J'ai l'impression que vous êtes capable de vous écrouler à tout instant.

-Je ressemble naturellement à un cadavre, et je vais très bien, merci."

Aussi bien que je pourrai l'être, en tout cas. C'est à dire pas beaucoup. En fait, je vais même plutôt mal, mais, on s'en fout non ?


C O D A G E P A R @G A K I. S U R E P IC O D E
Halo
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Oz Bezarius



Messages : 44
Date d'inscription : 16/06/2013




MessageSujet: Re: Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle. Mer 19 Juin - 21:05

Ne veut-tu pas avoir un nouvel ami ?...

Ses douces mains saisissent une mèche de mes cheveux. Je ne sais pas comment le prendre, ni comment réagir, alors je la laisse faire. En fait, je m'en fiche qu'elle me tripote le crâne, je vois bien qu'elle n'est pas armée, elle ne m'inspire étrangement aucune crainte. Pourtant quelque chose en elle me fait fuir, me dit de courir, et autre chose me dit que c'est idiot de suivre le cour de sa pensée alors que l'on ne sait rien de son interlocutrice. Elle me répond simplement, sèchement, durement, une menace flottant discrètement dans ses paroles. Je l'ai froissée, et tel n'était pas vraiment mon intention. Mon visage se façonne une nouvelle fois, prenant une expression de compréhension, de secret. Je baisse la tête, comme si je ressentais de la honte, comme si je m'en voulais de l'avoir vexée. Mais c'est du bidon, et ça me gonfle sérieusement de faire des courbettes toute la journée. La seule chose donc j'ai envie, c'est qu'elle accepte de retourner sagement dans sa chambre pour que je puisse errer en baignant dans ma paranoïa. Que je puisse laisser mes yeux se ternir, et continuer à m'accrocher désespérément à une vie dans laquelle tous mes parents m'ont rejetés. Dans laquelle j'intègre une école ou les filles ont toutes l'air de vouloir inviter des garçons dans leur chambres... Alice... Je me demande souvent, si tes parents te regrettent, et si tu en avais.
Je me mord la joue pour revenir à cette réalité qui m'accable, pour ne pas avoir l'air d'un dépressif. Je la regarde de nouveau avec un charmant sourire et m'exclame tout haut, un ton joyeux.


"- Mes excuses les plus sincères jolie Princesse. Je ne souhaitais pas froisser votre dignité."



Je me tait, marque une pause, sa main est toujours dans la mienne. Je me relève sans quitter son regard, sans lâcher cette main chaude. Cette chaleur humaine que je n'ai pas ressentie depuis longtemps, je n'ai pas envie de m'en défaire tout de suite, même si je me dégoûte de conserver aussi précieusement, une main aussi délicate.


"- Puisque nous sommes tout deux éveillés et qu'il nous est impossible de nous rendormir. Accepteriez-vous de m'offrir votre compagnie même pendant quelques minutes ? Je vous invite à prendre votre aise dans a chambre, ou restons ici..."
 
 
Parfois je me dit que je suis fou, et encore plus grave, j'ai l'impression d'être terriblement humain. Pourquoi je lui fait une proposition pareille ? Ah oui c'est vrai, Pourquoi est une question que je ne me pose plus depuis bien longtemps. Parce que j'ai trop peur des réponses que je pourrais avoir. Mais la question me reviens sans cesse. Un jour, je serais bien obligé de répondre à certaines choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin cynique. ~

avatar

Aemi Keiko
Admin cynique. ~


Messages : 58
Date d'inscription : 12/06/2013
Localisation : Tu vois la maison là-bas ? Et bah j'y suis pas.




MessageSujet: Re: Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle. Dim 23 Juin - 13:16





« Un ami ? Pourquoi pas. ♣ »

Je cligne des yeux. Dans ce court instant ou tout était noir, où mes paupières se refermaient sur mes globes oculaires, leur coupant l'accès à la lumière. Dans ce simple moment sombre, j'ai vu l'hôpital. Une vision d'horreur, si vite repartie, éphémère mais tellement ancrée dans ma tête. Craintive je jette des regards imperceptibles autour de moi. Mais ici, il fait noir, et l'hôpital était blanc. Il sentait la mort, les gens en train de partir, remplacés si vite par d'autres qui repartiront, s'envoleront. Là, on sent juste l'odeur poussiéreuse des vieux couloirs du château. Malgré tout ce qu'on peut faire, on ne guéri jamais vraiment. Si les blessures passent les souvenirs restent, et c'est heurtée que je suis sortie de cette chambre, chambre 227.
Je reprends le contrôle de moi même, tout en espérant que le jeune homme n'ait rien perçu de mon trouble, si bien fut-il caché. Moi aussi je mens. Je mens comme lui, qui vient de prendre cette mine désolée, cette moue soumise et cet air de compréhension secrète.

"- Mes excuses les plus sincères jolie Princesse. Je ne souhaitais pas froisser votre dignité."

Mon cul. Au pire, j'en ai rien à foutre, de ce qu'il aurait pu vouloir à dignité. La dignité, je crache dessus, je balance la fierté, la frappe et la piétine, l'écrase et m'essuie les pieds dessus. Mais pas en public. Non, je dois afficher des faces sures, et me cacher derrière ce masque d'arrogance insupportable qui m'allait si bien. Et tout me va bien, tout me va trop bien. Enfin, c'est ce qu'on dit.

"- Puisque nous sommes tout deux éveillés et qu'il nous est impossible de nous rendormir. Accepteriez-vous de m'offrir votre compagnie même pendant quelques minutes ? Je vous invite à prendre votre aise dans ma chambre, ou restons ici..."

Je sourie. Quelle bonne idée. Je sais, je suis beaucoup trop facile.


"- On va dans ta chambre."


Parfois, je me dis que je suis folle, et encore plus grave, j'ai l'impression d'être terriblement humaine. Pourquoi j'accepte une telle proposition ? Ah, et pourquoi je me pose cette question ? Après tout, je n'ai pas à me justifier auprès de moi-même. Parce que j'ai trop peur des réponses que je pourrai me donner. Mais la question revient sans cesse. Un jour, je serai obligée d'y répondre. Fatalité.

C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P IC O D E


Spoiler:
 
Halo
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle.

Revenir en haut Aller en bas

Chacun est unique, il suffit juste de faire jaillir son étincelle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Chae Dae Ho ■ Non je ne vais pas te tuer…je vais juste te faire très très mal…
» Parfois, il suffit juste d'un ami • |
» Un costume suffit à nous faire devenir ce qu'on veut [pv : Clara]
» “Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste.”
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lester Havard :: WRIGHT YOUR LIFE :: Les couloirs :: Le labyrinthe-