Lester Havard
Pas encore inscrit ? Allez, bouge, t'auras un cookie o/

Lester Havard

Nouveau design en cours d'installation ;)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez| .

Depressed bitch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Admin cynique. ~

avatar

Aemi Keiko
Admin cynique. ~


Messages : 58
Date d'inscription : 12/06/2013
Localisation : Tu vois la maison là-bas ? Et bah j'y suis pas.




MessageSujet: Depressed bitch. Lun 24 Juin - 18:09

Je regarde d'un oeil vide l'eau plate. Elle était noir, sombre reflet du ciel qui s'assombrissait de jour en jour, prévoyant un temps plutôt orageux. orageux comme mon humeur aujourd'hui. Je sais, je suis d'un naturel plutôt taciturne, mais être enfermée ici pour le restant de mes jours me donnait une certaine envie de meurtre. le meurtre. Non, c'est pas bien. C'est pour ça que je suis ici, d'ailleurs. Mais bon, on ne peut pas changer le passé, on vit dans le présent. Ho, et je ne veux pas penser à mon avenir, c'est tellement effrayant de s'imaginer l'éternité à venir, une éternité dont je ne voulais pas. Voyez-vous, je suis suicidaire. je suis le genre de fille qui peut passer des heures à saigner, s'enfiler des boîtes et des boîtes de somnifères, se foutre des flingues dans la gueule, tout ça pour crever. Mais au final, je n'y arrive même pas, et n'y arriverai jamais. parce que, je suis aussi immortelle. Oui oui, immortelle. le genre de pouvoir dont tout le monde rêverai. Seulement, je ne suis pas comme tout le monde, et je déteste cette malédiction qui est tombée sur moi, comme par hasard. Bitch. la vie est vraiment chieuse. Mais bon. Assez parlé de moi. Si vous ne m'arrêtez pas, j'en ferai des pages et des pages, des lignes et des lignes, des phrases et des phrases, dans un infini monologue. je suis égocentrique, et j'aime ça. M'enfin, on s'en remettra tous. je suis crevée, à force de ne plus dormir, lentement mes yeux se ferment. Ils se ferment à ce monde, pour m'ouvrir à celui des songes, cet endroit que je redoutais temps. mes songes sont issus de mon passé. je déteste mon passé. Plus que tout. Il a fait que ce que je suis aujourd'hui.


•~•


D.R.E.A.M . O.N


"Le long couloir semblait s'étirer sans fin. Long, silencieux, il avait tout d'inquiétant. l'odeur de mort s'en dégageait, cachée par les antiseptiques qu'on étalait à longueur de journée sur la gueule des malades. mais à force, on à l'habitude. je déteste les effluves de souffrances qui se dégagent de cet endroit. En fait, je hais carrément ce lieu. Mais il y a des scalpels, c'est bien les scalpels. bref. j'avances, les poignets en sang; Si je reste dans ma chambre, les infirmières vont entendre le cardiogramme s'affoler lorsque mon coeur s'arrêtera, et là, elles me tireront d'affaire, encore une fois. Ca coule, ça ruisselle sur ma chemise de nuit blanche, comme les murs et les draps de la chambre que je venais de quitter. Tss. Adieu.


~


Le battement régulier reproduit par le cardiogramme me rempli déjà d'effroi. ne me dîtes pas que je me suis encore ratée, ce serait frustrant. Ok, je suis frustré. En colère. triste. je trouve ça injuste, de vivre alors que je ne veux pas. Vous l'aurez compris, je meurs sans mourir. Half dead."


D.R.E.A.M . O.F.F


•~•


J'émerge lentement du sommeil qui avait pris possession de mon corps à présent endoloris à force de rester poser sans bouger sur le sol de terre dur. Mon rêve, c'était l'hôpital. Cette vision qui me hante, dès lors que mes paupières se ferment. Tss. tuez moi. Je suis pathétique.
Halo
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Sovann E. Skymes



Messages : 6
Date d'inscription : 23/06/2013




MessageSujet: Re: Depressed bitch. Lun 24 Juin - 22:06


    Une autre journée sombre, littéralement. Avec un ciel comme celui-ci, tout semblait dramatique. Même la plus futile des bestioles qui passait avait l'air d'un mauvais présage. C'est peut être pour cette raison qu'Ann voulait à tout prix prendre l'air. Juste respirer, gonfler ses poumons d'air, et remplir son nez d'odeurs. Les bonnes, de préférence.

    Il marchait, les mains dans les poches, la capuche de son sweatshirt gris enfoncée sur la tête. Ses pas étaient lents, pourtant sa tête était une vraie fourmilière. Il pensait trop, et trop vite. Tout était contradictoire. L'idée d'être enfermé ici, d'être privé de liberté, le révoltait. Cependant, de cette façon, il avait la certitude de ne plus être un poids pour son père ou Mae. C'était donc une bonne chose. Mais devait-il réellement le tolérer ? En tout cas, il n'était pas sûr de pouvoir le supporter.

    Sa langue caressa les quatre canines pointues qu'il possédait désormais. Voilà encore une chose qui le laissait songeur. Beaucoup de gens prétendent vouloir être un animal – au moins un jour dans leur vie. Maintenant, Ann avait la capacité de se transformer en être canin. C'était absurde – irréaliste. Il ne savait pas s'il aimait ça. Les puces, en tout cas, ce n'était pas agréable. Et, en toute honnêteté, il se sentirait bien ridicule de demander un collier antiparasite... Que penserait sa famille de tout ça ? Sa sœur n'aimait pas les chiens. Elle n'aimait ni leur odeur, ni leur queue remuante. Le prendraient-ils pour un monstre ? En était-il un ? De toute façon, entre ces murs, personne n'était plus vraiment humain. Pas dans le sens conventionnel, en tout cas.

    Il marchait toujours. Il ne se rendait pas compte d'où il allait, et la vérité était qu'il n'en avait rien à faire. Ses sens étaient tellement différents à présent qu'ils se laissait pleinement guider par son instinct. Il attrapait au hasard quelques odeurs ou quelques sons, et tout était amplifié. C'était l'avantage de sa nouvelle condition. Il fixait un point invisible devant lui, et le poursuivait.

    Tandis qu'il avançait, il se sentit bientôt hâpé par une émotion étrange. Quelque chose qui ressemblait à de la colère, teintée d'amertume. Quelque chose de froid, de dérangeant. Une pincée de résignation. En fait, il était dur de dire ce que c'était, tant c'était complexe. Mais cela lui glaça l'échine.
    Il s'arrêta. Ca ne lui appartenait pas. Encore une nouvelle aptitude. Celle-là était très pénible. Il comprenait maintenant que c'était précisément ça, cette sensation, qui l'avait mené jusqu'ici. Il s'était rendu près du lac, et il venait tout juste de l'apercevoir. La jeune fille était-là, seule. Il hésita un instant, mais la sensation qui l'enveloppait était telle qu'il ne pouvait pas vraiment y résister.

    Il s'approcha. Il veilla à rester à une certaine distance derrière elle– il avait déjà suffisamment l'impression d'avoir violé son intimité grâce à son « don ». Inutile d'en rajouter. Il lui adressa alors doucement la parole, d'un ton enjoué:

    « C'est pas le meilleur jour pour piquer une tête ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin cynique. ~

avatar

Aemi Keiko
Admin cynique. ~


Messages : 58
Date d'inscription : 12/06/2013
Localisation : Tu vois la maison là-bas ? Et bah j'y suis pas.




MessageSujet: Re: Depressed bitch. Mer 26 Juin - 20:02

Mes yeux sont noirs. Comme un nuit à laquelle il manquerait des étoiles, comme le charbon qui résulte des flammes éteintes, comme mon coeur consumé et la couche de crasse qui me tapisse de l'intérieur. Pourrie, comme un fruit qu'on aurait oublié, au fond d'un panier, un fruit qu'on voulait faire mûrir pour finalement le laisser. Mais non. Comment ressentir le lourd fardeau de l'abandon lorsque nous n'avions personne pour nous abandonner. J'étais seule et demeure seule, dans ma chute perpétuelle. Sans fin. Je devrai vivre, avec les souvenirs, les haines, les peines et les illusions brisées. Triste réalité.
Je me souviendrai toujours de cette nuit ou on avait un peu bu. A 15 ans, on a pas vraiment le droit de conduire, mais mon frère m'avait laissé ce soir là. Grave erreur. La dernière lumière qu'il avait vu, c'était celle des phares de la bagnole d'en face. Moi, j'ai du contempler la lueur de vie dans ses yeux s'effacer pour finalement disparaître complètement. Au fond, je crois que je m'en veux un peu. Beaucoup, sans doute. Mais après tout, c'est normal de s'en vouloir quand on a tué son propre frère, non ? On m'avait répété que ça n'était pas ma faute, tout en me traînant au poste de police, on m'avait ressassé mon innocence tout en me condamnant. Peu importe. Les punitions ne m'ont jamais fait grand chose. Je ne m'en vante pas. Enfin, pas plus que mon taux d'alcoolémie qui ce soir là avait explosé tous les records. Bref.

[NON TERMINE. Je poste au cas ou mon ordi ne bug pendant la nuit, ce qui est fort probable. Et j'aurai vraiment la flemme de tout refaire.]
Halo
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Depressed bitch.

Revenir en haut Aller en bas

Depressed bitch.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lester Havard :: WRIGHT YOUR LIFE :: Aux alentours du château :: Le lac-